Le Centre de transfert de technologie en pêches - Merinov reçoit une stagiaire de l'Université de Caen

Madame Pauline Garnier, étudiante en aquaculture marine, a développé un intérêt professionnel pour la culture des macroalgues et elle effectue présentement un stage dans les laboratoires situés à L’École des pêches et de l’aquaculture du Québec à Grande-Rivière.

 

Sa présence vise à réaliser un stage en milieu professionnel de six mois, stage nécessaire pour terminer son Master 2 AquaCaen (Master Professionnel et Recherche). Cette formation vise à fournir aux étudiants les connaissances, les outils et les méthodes relatifs aux métiers liés à l'espace « Mer - Littoral » dans son ensemble.

Madame Garnier a déjà accumulé une belle expérience dans le domaine de l’algoculture. En effet, durant l’été 2014, elle a travaillé à la mise en place d’une écloserie marine en Irlande, une expérience professionnelle, directement en lien avec nos travaux actuels, qui lui a également permis de perfectionner sa maîtrise de l’anglais. Au printemps 2014, madame Garnier a également travaillé sur la culture in vitro de Chondrus crispus, une algue rouge de l’Atlantique Nord, dans le laboratoire du professeur Anne-Marie Rusig à  l’Université de Caen Basse-Normandie.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles et Merinov - Centre collégial de transfert de technologie en pêche détiennent depuis 2012 une Chaire de recherche industrielle dans les collèges du CRSNG en valorisation des macroalgues marines. En septembre 2014, débutait un ambitieux programme quinquennal d’optimisation et de mise à l’échelle industrielle des techniques de culture des algues brunes en collaboration avec la Ferme Marine du Québec, la seule écloserie marine actuellement en opération au Québec. Plusieurs tests et essais sont prévus en 2015, à la fois dans nos laboratoires et dans cette écloserie industrielle, un projet mobilisateur pour toute l’équipe de chercheurs.

Pouvoir compter sur la présence et l’expertise de Madame Garnier permet de vérifier la reproductibilité de plusieurs résultats publiés en 2013-2014 dans la littérature scientifique avant de les intégrer à nos protocoles de travail. Elle procédera également à quelques vérifications méthodologiques (ex. : comparer l’efficacité de plusieurs méthodes de désinfection de l’eau de mer, vérifier l’effet de différents milieux de culture et de différents types d’éclairage sur la croissance des sporophytes de laminaire sucrée, etc.) et les intégrera ensuite aux essais d’optimisation des cultures d’algues en écloserie.

Voici un bel exemple de coopération internationale en recherche et formation entre la France, le Québec, un collège et son CCTT.